ABOLITION ET COMMEMMORATION

 

 

 

 

ABOLITION

 

En 1791 sous la Révolution française, les députés de la Convention abolissent l'esclavage une première fois pour calmer la révolte des esclaves dans les colonies des Antilles et empêcher l'Angleterre de s'emparer des îles.Mais sitôt acquise la paix avec l'Angleterre et cèdant à la pression de sa femme, Joséphine de Beauharnais, née Tascher de la Pagerie, originaire de la Martinique. le consul Napoléon de Bonaparte abrogea cette mesure le 20 Mai 1802.

 

 

Dans les colonies britanniques en 1833 l'esclavage est aboli, c'est quinze ans plus tard,le 27 avril 1848 que la France abolit  l'esclavage dans ses colonies.Le décret d'abolition est publié grâce à la ténacité de Victor Schoelcher (44 ans) qui libère par décret 250.000 esclaves noirs ou métis aux Antilles, à la Réunion comme à Saint-Louis du Sénégal.  Exilé en Angleterre sous le Second Empire, il est élu député de la Martinique à l'avènement de la République puis devient sénateur inamovible jusqu'à sa mort, le 26 décembre 1893.En reconnaissance de son civisme, la République a transféré ses cendres au Panthéon

 

 

A Saint-Pierre, en Martinique, une insurrection a éclaté le 22 mai 1848, avant qu'ait été connue l'existence du décret. Même chose en Guadeloupe où le gouverneur abolit l'esclavage dès le 27 mai 1848 pour éteindre l'insurrection.

 

 

 

 

COMMEMORATION

 

Pour des raisons historiques, dans certaines collectivités d'outre-mer, la date de la commémoration est différente de celle de la métropole :

                              

Le 10 mai en France :
La date a été choisi en référence au 10 mai 2001, jour de l'adoption en dernière lecture par le Sénat de la loi reconnaissant la traite et l'esclavage comme crime contre l'humanité (loi n° 2001-434 du 21 mai 2001).Cette loi a notamment instauré le Comité pour l'histoire et la mémoire de l'esclavage.Le comité est 
un organisme composé de personnalités qualifiées parmi lesquelles des représentants d'associations défendant la mémoire des esclaves.L'organisme se charge de proposer, sur l'ensemble du territoire national, des lieux et des actions qui garantissent la pérennité de la mémoire de ce crime à travers les générations.

 

Le 22 Mai en Martinique:

Le 22 mai 1848,quelques 60 000 esclaves de la Martinique se sont défaits de leurs chaînes, et de la servitude.
En souvenir ce jour, le 22 mai, est devenu le jour de la commémoration de l'abolition de l'esclavage et cette date est fériée en Martinique, suite à la promulgation de la « loi commémorant l'abolition de l'esclavage dans les DOM ", du 24 novembre 1983.

 

 
Le 27 Mai en Guadeloupe:
Les rassemblements et les émeutes de plusieurs milliers d’entre eux poussent le gouverneur à déclarer l’abolition le 27 mai 1848. Quant au décret envoyé par Paris, il arrivera plus d’une semaine après que les esclaves ont repris leur liberté. Depuis 1983, le 27 mai est une journée de commémoration fériée en Guadeloupe

 

 

 

 

 










Javascript est nécessaire à la visualisation de cette carte.
CARINEWS
Societe les lutins du net